L'origine du Gwenn Ha Du


En 1923, le Morvan Marchal (1900-1963), un étudiant en architecture et membre fondateur du mouvement nationaliste Breizh Atao (Bretagne pour toujours) a conçu un nouveau drapeau breton.

Sa conception semble avoir été inspirée par les étoiles et les rayures américaines (le célèbre Stars and Strips) et le drapeau grec, ou par les armes de la ville de Rennes. Fait intéressant, les bras du clan Marshall irlandais sont très similaires à la conception de Marshal. Il n'y a cependant aucune preuve d'une relation directe entre les deux conceptions.

Le Gwenn-ha-du a été adopté par le premier Congrès du parti autonomiste Breton, qui s'est tenu à Rosporden le 10 septembre 1927. Il a été hissé sur le pavillon Breton à l'exposition internationale de Paris en 1937 par C. Couäsnon. Le canton de ce drapeau avait neuf taches d'hermine et était exceptionnellement grand. Malgré les premiers litiges, le Gwenn-ha-du est maintenant largement utilisé par les Bretons de toutes les orientations politiques, religieuses et culturelles. Il était également présent dans la navette spatiale, apportée par le Breton spationaute Jean-Louis chrétien. La bannière herminée est devenue au fil des décennies la marque et le symbole quasi officiel de la région Bretagne.

La naissance de l'étendard Breizh n'était pas simple : certains intellectuels, comme Léon Le Berre, critiquèrent beaucoup cette création. Il voulait que le drapeau breton soit herminois et plus simple. Le différend entre lui et Marsal a été très rude et les journaux Ouest-Eclair et la Bretagne à Paris (pas du tout séparatistes) ont rempli leurs pages pendant des années avec le conflit, qui a duré 12 ans ! Je ne mentionnerai pas ici tous les incidents qui se sont passés, comme quand le drapeau bretonnant a été volé pour la première fois sur la Mairie de l'hôtel de ville sans aucun drapeau français, mais son drapeau a gagné au-dessus de l'autre.


La signification du drapeau breton


Les neuf bandes horizontales représentent les diocèses traditionnels de Bretagne dans lesquels le Duché a été divisé historiquement. Les cinq bandes noires représentent les diocèses français ou Gallo de dol, Nantes, Rennes, Saint-Malo et Saint-Brieuc. Les quatre bandes blanches représentent les diocèses de Trégor, Léon, Cornouaille et vannes de langue bretonne. Le canton d'hermine rappelle les armoiries du Duché de Bretagne.

Le drapeau a d'abord été remarqué par un public plus large à l'exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes à Paris en 1925. Il a été adopté par divers groupes culturels et nationalistes dans les années 1920 et 1930. Cependant, son association avec des groupes nationalistes et séparatistes pendant la seconde guerre mondiale a apporté des soupçons de collaboration sur le drapeau. Une renaissance de l'intérêt pour le drapeau a eu lieu dans les années 1960. Depuis lors, il a perdu une association avec le séparatisme dans l'esprit du public et devient un symbole largement accepté pour toute la Bretagne et les Bretons. L'ancien drapeau de champ d'hermine et la croix noire continuent d'être rarement utilisés, cependant, par certains individus et groupes.

En blasons, le drapeau est de sable, quatre barres d'argent; le canton d'hermine. Traditionnellement, les armoiries pouvaient être affichées comme une bannière rectangulaire, ainsi que sur un bouclier.


Pourquoi toutes ces hermines sur le fanion ?


L'hermine (Mustela Hermine) ou belette à queue courte est l'emblème national de la Bretagne. Son manteau d'hiver blanc très recherché a été utilisé pour les capes, les couronnes et les casquettes de l'aristocratie. Les onze mouchetures d'hermine qui forment le motif dans le coin supérieur gauche du drapeau breton représentent la façon dont les queues noires ont été accrochées à la fourrure blanche. Ce canton héraldique d'hermine était une caractéristique des armoiries des ducs de Bretagne.

L'histoire raconte qu'Anne de Bretagne, la dernière souveraine indépendante bretonne et l'épouse de deux rois français successifs, a vu un groupe de chasseurs chasser après une hermine. Lorsque l'hermine atteint le bord d'un lac boueux, l'hermine décide de se tenir à ses attaquants plutôt que de risquer de salir sa belle fourrure blanche.

La duchesse Anne de Bretagne a été tellement impressionné par la réaction noble et fière de l'animal qu'elle a sauvé l'Hermine et l'a adopté comme l'emblème de sa dynastie avec la célèbre devise des bretons : plutôt la mort que la souillure.


L'utilisation du mot "banniel" en breton


Le mot Banniel a d'abord été utilisé pour désigner une bannière de procession, affichée pendant les festivals traditionnels catholiques romains, les plus célèbres d'entre eux étant les grâces. En français, bannière est féminine (une bannière) alors qu'en breton Banniel est masculin (votre Banniel). La forme plurielle est bannielo. Une chanson traditionnelle appelée bannielo Lambaol célèbre les bannières de la ville de Lampaul.

L'utilisation de Banniel a ensuite été étendue à toutes sortes de drapeaux, par exemple le drapeau de la Bretagne, Banniel Breizh.

L'expression Derc'hel Uhel e vanniel signifie "maintenir son rang". L'expression vise en particulier les jeunes femmes qui ne s'intéressent qu'aux bonnes opportunités de se marier avec de riches et jeunes hommes. L'expression kouezhet eo e vannielo a le sens contraire, "«"ses bannières sont tombées", dans le sens de «il/elle est moins fière».

Treiñ Banniel, litterly'pour tourner la bannière', signifie'changer de camp'. Jean Quéré, un prédicateur célèbre du XIXe siècle, a utilisé l'expression dans ses sermons, par exemple keit ha n'ho po ezhomm ebet/C'hwi a Gavo kasereka mignoned/PA ZEU avat Berro a-wel/kasereka mignon un dro Banniel! ('pour autant que vous n'êtes pas dans le besoin, vous trouverez beaucoup d'amis.) (dès que vous commencez à avoir des problèmes, de nombreux amis tournent leur bannière'.)

Dougen Banniel Sant Laorañs, littéralement «pour porter la bannière du Saint-Laurent», signifie «être stupide». L'expression comprend un jeu de mots basé sur le mot laorañs qui signifie «Silly» en argot Trégor.


Les autres symboles de la région

La tête haute et bien coiffée


Les coiffes ou des bonnet de dentelle, ont été portés par des femmes à travers la France dans les siècles passés, mais dans le pays bigouden dans le sud-ouest de la Bretagne, la coiffe bretonne s'est popularisée dans des proportions exceptionnelles et certains bigoudènes ont fièrement continué à s'afficher avec leurs coiffures frappantes dans le nouveau millénaire. Une jolie histoire dit que ces coiffes ont grandi si haut dans la réponse en colère à la décapitation des tours de l'église locale après les protestations du XVIIe siècle, mais il semble qu'ils n'ont atteint leur hauteur extraordinaire de plus de 30 cm au XXe siècle. Comme la dernière génération de coiffe Brezoneg est malheureusement morte, ces coiffures étonnantes sont seulement portées durant les festivals traditionnels d'aujourd'hui (bagad, festival interceltique, fest-noz).

La Bretagne, le pays de phare Ouest


La Bretagne possède la plus extraordinaire collection de phares autour de ses côtes. Ils ont été des réalisations monumentales en génie dans leur journée et la plupart date du 19ème siècle. Leurs images dans des affiches sont devenues connues dans le monde entier cependant, maintenant que les phares bretons ne sont plus habités, beaucoup ont ouvert en tant que sites touristiques édifiants.